En direct du confinement ! 🧐

Chloé et Émilie, vos bibliothécaires, lisent et relisent Chez soi, LE livre incontournable à lire dans une situation de confinement.

Dans cet essai, publié en 2015, Mona Chollet* part de sa propre expérience pour s’interroger sur son rapport au « chez soi ». Dans une ode casanière, elle commence par explorer l’art d’habiter. L’autrice ne s’arrête pas là. Selon elle, l’espace privé est politique et il n’échappe pas aux effets du capitalisme et, par conséquent, du patriarcat.

Extrait de l’Introduction :

« On insiste – à raison, ô combien – sur la nécessité de se réapproprier l’espace public ; mais on l’oppose de façon simpliste à un univers domestique qui, dans l’esprit de beaucoup, ne fait naître que des images peu glorieuses de repli frileux, d’avachissement devant la télévision en pantoufles Mickey, d’accumulation compulsive d’appareils électroménagers et d’indifférence résolue au monde. Le logement se réduirait soit à une simple contingence, un problème pratique à régler, soit à un piège ouaté et castrateur.
Or, dans une époque aussi dure et désorientée, il me semble au contraire qu’il peut y avoir du sens à repartir de nos conditions concrètes d’existence ; à repartir de ces actions – à peine des actions, en réalité – et de ces plaisirs élémentaires qui nous maintiennent en contact avec notre énergie vitale : traîner, dormir, rêvasser, lire, réfléchir, créer, jouer, jouir de sa solitude ou de la compagnie de ses proches, jouir tout court, préparer et manger des plats que l’on aime. À l’écart d’un univers social saturé d’impuissance, de simulacre et d’animosité, parfois de violence, dans un monde à l’horizon bouché, la maison desserre l’étau. Elle permet de respirer, de se laisser exister, d’explorer ses désirs. Bien sûr, on pourra hurler à l’individualisme ; mais j’aime assez l’image à laquelle recourt l’architecte américain Christopher Alexander : si une personne ne dispose pas d’un territoire propre, attendre d’elle qu’elle apporte une contribution à la vie collective revient à « attendre d’un homme qui se noie qu’il en sauve un autre ». »

« Le carcan des horaires », « Pensées enchaînées », « Métamorphoses de la boniche », « L’hypnose du bonheur familial », « Les sirènes du conformisme » : les titres et sous-titres des différentes parties du livres sont éloquents.

Ressources complémentaires :

Durant toute la durée du confinement, les Éditions de la Découverte rendent accessible le livre de Mona Chollet dans un format de lecture agréable à consulter. Merci à elles !

Pour information, Chez soi est également disponible au format Lyber sur le site du label Zones.

A lire sans modération !

Nous vous recommandons également l’écoute de cet épisode (et tous les autres ! ) de Quoi de Meuf, une émission de Nouvelles Écoutes. Dans cet épisode court, Clémentine Gallot revient sur l’ouvrage de Mona Chollet, « refuge en ces temps houleux ». 

* Mona Chollet est journaliste au Monde Diplomatique et également autrice de La tyrannie de la réalité, Beauté fatale, les nouveaux visages d’une aliénation féminine et Sorcières, la puissance invaincue des femmes. Le Monde Diplomatique est disponible dans l’espace PDF d’Europresse. Tous ces livres sont disponibles dans votre Bibliothèque 😉

CHOLLET, Mona, 2015. Chez soi : une odyssée de l’espace domestique. S.l. : Zones : la Découverte. 363.5 CHO

Et vous, quels sont les textes qui vous parlent en ce moment ?

A vous la parole !

#Partageons <3

« Chez soi », de Mona Chollet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *